• 2019, conforme a la legende des millesimes en « 9 »

    Oui, c'est une année chaude, ce qui est presque normal pour un millésime en « 9 ». 

    Notons toutefois qu'elles se succèdent depuis 2015.


    Les notes de dégustation seront publiées au fur et à mesure de la mise en bouteille. 

    QUELQUES TRAITS SAILLANTS DE LA CAMPAGNE VITICOLE
    LES VENDANGES
    LS VINS
    NOTES DE DEGUSTATION BOURGOGNE ET VILLAGES
    NOTES DE DEGUSTATION PREMIERS CRUS
    NOTES DE DEGUSTATION GRANDS CRUS ET ASSIMILES
    Toutes les actualités

    La saison, y compris l'hiver, est marquée par un déficit en pluie assez conséquent. 

    Le printemps ne fut pas particulièrement précoce, avec en particulier un mois de mai assez frais, la fin de fleur laissait présager un début de récolte entre le 18 et le 20 septembre. Une année normale donc ... 

    C'était sans compter avec un été arrivant brusquement et permettant une pousse très rapide. Puis ce furent quelques épisodes de canicule ... 

    L'oïdium a été une constante préoccupation au cours de la saison mais les autres maladies nous ont laissé tranquilles. La situation était donc très saine à la vendange, avec juste un peu de sec à trier.


    Pendant ce temps, la chaleur et l'ensoleillement faisaient évoluer la maturation rapidement, nous conduisant à ré-évaluer constamment la date de vendange. 

    Finalement, le top départ fut donné le 13 septembre, presque une semaine avant la date initialement prévue ... Malgré une floraison parfois hétérogène, nous avons trouvé des raisins très mûrs, bons à récolter partout, y compris le Clos St Philibert, qui n'a pas eu le décalage habituel avec les vignes de la Côte. 

    Les degrés se sont envolés et sont très élevés (presque tous les vins sont autour de 14°) mais la bonne surprise fut de constater de belles acidités, assez mordantes même en début de cuvaison, avec des extractions de couleur profonde dès le début. Peu de fins de fermentation difficiles et au total, une vinification sans problème malgré la maturité élevée.

    Ils nous ont enthousiasmé dès le départ : riches, profonds, puissants mais tout en douceur ... Bien sûr, marqués par la maturité, avec énormément de sucrosité, mais également un soutien acide important, nettement plus intense qu'en 2018. Une très bonne base de départ ... 


    Dans ce cas, tout ce qu'il y a à craindre, c'est le syndrome « grand millésime », c'est à dire un peu trop de puissance qui gommerait les terroirs. Ce n'est pas le cas, l'élevage a joué son rôle et les vins se sont affinés, chacun est bien conforme à son caractère ! 

    Au passage, cela est rassurant quant aux effets du changement climatique sur notre région, la Bourgogne n'est pas dénaturée ...


    Des vins dont on peut probablement espérer l'évolution suivante : une jeunesse riche mais tout en volupté et gourmandise, certaines bouteilles étant à saisir dans cet état, par pur plaisir ; une période plus refermée, après 2-3 ans de bouteille, qu'il vaudrait mieux éviter ; une renaissance après 8-10 ans, où des vins plus tendus qu'au départ commenceront à montrer leur vrai visage et leur magnifique équilibre. Une évolution à la ... 2009 !


    BLANCS


    Bourgogne blanc

    Un joli nez ouvert, sur les fruits jaunes mûrs mais où on distingue tout de même une fraîcheur de bon aloi. Le bois est léger et bien intégré.

    En bouche, le vin est d'abord franc et vif, puis se déploie en montrant une belle rondeur (et même une pointe de chaleur) mais se termine en se resserrant sur l'acidité.

    L'ensemble produit une excellente impression, plaisante, équilibrée, gourmande, le vin paraît accessible dès la fin 2021 et doit rester à son optimum jusqu'en 2026.


    Hautes Côtes de Nuits Clos St Philibert

    Le nez est très expressif, néanmoins fin : des notes de fruits exotiques (litchi, ananas), une pointe de poivre et de végétal, un boisé bien intégré ...

    En bouche, le vin est subtil, fin, direct. La droiture est évidente, pour ceux qui visualisent la parcelle, on a l'impression de goûter ses cailloux ... L'acidité, traditionnelle dans ce vin, le porte et lui donne une belle longueur.

    Un « Clos St Phi » très bien équilibré et gourmand, même si le vin est encore assez discret et peut progresser. Attendre fin 2022 pour une consommation jusqu'à la fin de la décennie.


    Ladoix

    Un nez globalement aimable, où se détachent les fruits blancs, mais aussi un soupçon de réduction, annonçant une certaine austérité.

    En bouche, le vin est direct, assez dense et compact, avec pas mal de tension. L'acidité est présente en finale.

    Un vin où la gourmandise n'est pas absente mais qui présente actuellement un profil réservé et un peu fermé. L'élevage est encore un peu présent, ainsi que quelques notes soufrées. Le tout est prometteur mais demande à s'affiner jusqu'à 2022 au moins pour être dégusté.


    Saint-Aubin 1er cru 2018

    Des fruits jaunes et blancs et un boisé bien intégré caractérisent le nez, même si il est nécessaire de passer au dessus d'une certaine réduction soufrée au premier abord.

    La bouche est belle, avec du gras, la finale fine et épicée. Un reste d'acidité anguleuse subsiste en fin de dégustation.

    On retrouve bien le caractère du St Aubin, avec son austérité de bon aloi mais le vin gagnerait à attendre encore deux ou trois ans avant d'être consommé. De 2023 à 2030


    Meursault


    ROUGES


    Bourgogne Côte d'Or « hémisphère sud »

    Un nez ouvert, où l'on trouve des fruits noirs, de la figue et un léger végétal.

    En bouche, un côté charnu et rond, dense et cohérent, avec une finale plutôt fine, où une certaine chaleur se fait sentir.

    Très joli vin, qui montre déjà une belle finesse et que l'on peut donc déguster dès maintenant. Garde sans problème dans les 10 ans qui viennent.



    Bourgogne Côte d'Or « hémisphère nord »

    Un nez intense de fruits rouges écrasés (cerise griotte, fraise, figue fraîche) bien mûrs mais séducteurs.

    En bouche, une maturité évidente, du gras mais on évite la lourdeur. La finale est plus serrée, avec des tanins fougueux, qui prolongent le vin plus qu'ils ne le serrent et qui sont enveloppés par une belle sucrosité.

    Le tout constitue un mélange étonnant d'accessibilité, de gourmandise et de sérieux. Très ouvert, on peut déjà le consommer pour sa générosité de fruit mais il se gardera sans problème durant les 10 prochaines années.



    Bourgogne Côte d'Or « Etienne Camuzet »

    Le nez est un peu plus discret sur ce vin mais se livre progressivement : des fruits rouges et noirs, des fleurs, des cailloux humides ...

    En bouche, très souple, voir tendre, les tanins sont lisses, la finale légère et très gourmande. L'ensemble est très cohérent.

    Malgré une dégustation très sympathique, ce vin ne paraît pas complètement prêt à boire, il paraît encore un peu en retrait. À garder encore jusque'à fin 2022 pour une dégustation jusqu'en 2027.



    Marsannay

    Un nez ouvert de fruits rouges bien mûrs. Également des épices et des notes fumées.

    En bouche, le vin est charnu et bien présent, presque imposant. La texture est soyeuse et chaleureuse mais la finale presque tendue et l'acidité se fait remarquer.

    Voilà un vin expressif, agréable, multi-facettes et que l'on peut aborder dès maintenant bien que, selon toute probabilité, il gagnera en finesse au cours des prochaines années et en tout cas jusqu'en 2027.


    Fixin

    Les fruits rouges et noirs sont présents, bien que le nez soit assez discret. Malgré cela, il se dégage une impression de profondeur de ce premier contact.

    Comme souvent pour ce vin, la bouche est tendre, fine même au premier abord, puis la trame semble se densifier pour finir de nouveau sur une impression très élégante.

    Toujours beaucoup de charme pour cette cuvée très souple, qui pourrait cependant gagner en équilibre et densité au cours des prochains mois. À aborder fin 2022 pour une dégustation jusqu'en 2028.


    Morey Saint Denis



    Volnay


    Pommard





    Chambolle-Musigny


    Nuits Saint Georges

    Voilà un joli nez subtil, composé de fruits rouges, de vanille, cannelle, boisé ... Le tout est ouvert, gourmand et bien intégré.

    En bouche, la texture est caressante et ample, les tannins fermes mais raffinés. On obtient ainsi une belle longueur, sur une impression de sucre et de finesse.

    Ce vin est à la fois harmonieux et structuré, complexe et profond. Il a beaucoup d'avenir, tout en étant abordable dès maintenant. Certainement un des vins emblématique du millésime, que l'on peut commencer à boire dès 2022 et que l'on pourra garder sans problème jusqu'en 2030.

    Vosne-Romanée